24 / 07 - 23 : 30

Publié le par Luigi MANATA

 
Bonjour Mélusine,
 
Es-tu l'amie d'Eva Lovejoy ? J'ai tardé à te répondre parce que depuis que j'ai passé cette annonce ma situation a évolué. J'ai revu mon ex-compagne et je n'arrive pas à savoir si cette histoire est vraiment terminée ou si ce que je vis actuellement avec ces retrouvailles n'est dû qu'à ma seule volonté de ne pas céder à la facilité. Je suis encore trop plein de doutes.
 
Mais, tout compte fait, je ne vois pas pourquoi cela devrait m'empêcher de communiquer avec toi. Je m'occuperai de mon éventuelle culpabilité plus tard… En tout état de cause tu peux avoir confiance sur le fait que je te préviendrai si ça devenait ingérable pour moi. De même, je comprendrais si tu ne souhaitais pas communiquer avec quelqu'un qui n'a pas encore vraiment terminé une histoire.
 
Tu dis ne pas encore avoir vécu le type de relation que décrit Rainer Maria Rilke, je te rassure moi non plus. D'ailleurs si cela avait été le cas, je ne crois pas qu'à 43 ans j'en serais encore à passer une annonce sur le net ; et comme dirait une annonce si tragi comiquement vraie, qu'elle m'a fait rire : "si vous êtes un Prince Charmant ou l'homme parfait que diable faites-vous sur ce site ?"... c'est évidemment vrai également pour les femmes…
 
La vie à deux c'est pas simple… Entre mes (nos ?) illusions libertaires des années 70, les déceptions des années 80, le repli des années 90, que reste-t-il ? Des souvenirs de passions brûlantes mais stériles, des histoires inachevées, des regrets, et le sentiment persistant d'un gâchis aussi énorme que la colossale énergie que j'ai mise à poursuivre des chimères. Au moins toi, il te reste un enfant… Alors c'est vrai je suis d'accord avec toi, il faut prendre son temps. Non pas que nous n'ayons plus le droit à l'erreur, mais parce qu'il serait temps que nous soyons mutuellement bon l'un pour l'autre au lieu de répéter à l'infini des schémas relationnels stéréotypés.
 
Tu fais quoi professionnellement ? Tu excuseras ma basse et plate curiosité… Mais en fait, je n'ai jamais su par quoi et comment on pouvait se définir : Par ce qu'on a fait ou qu'on fait aujourd'hui ? Par d'où on vient ? Par qui on est ? Par ses défauts et ses qualités ? Par ce que l'on vit ? Par ce qu'on aime et ce qu'on déteste ? Par ce qu'on désire ou qu'on ne veut plus ?… Mais, c'est probablement un peu de tout ça à la fois, alors il faut bien commencer par quelque chose… J'admire l'assurance des annonces de ceux et celles qui semblent si pleins de certitudes sur ce qu'ils sont ou pas, sur ce qu’ils veulent ou pas. A la lecture de tant de sureté, je me demande toujours si rencontrer l'autre fait vraiment partie de leur programme…
 
Je te donne mon mail perso : Luigi@brokents.fr
 
Je vais partir en vacances d'ici 3 jours, mais je pourrai continuer à communiquer.
 
Alors peut-être à plus.
 
Bien amicalement.
 
Luigi

Publié dans LLV - 2 - La rencontre

Commenter cet article

elsamuz 20/05/2011 15:39



Souvent, on tombe amoureux pour une bonne raison et on quitte la personne pour cette même raison, au moment où on découvre les défauts de cette qualité qui nous plaisait tant au début... c'est
jamais simple, et rien n'est jamais acquis... Bonne journée Luigi ! 



Luigi Manata 20/05/2011 15:52



Hum, hum... (expression de doute), je pense plutôt que c'est la confrontation des fantasmes au réel qui est destructeur du sentiment d'amour ou de son véritable avènement.
Le problème étant que nous appelons souvent "amour" toute autre chose...

Une bise à toi Elsarompt