04 / 08 - 00 : 04 - Une journée au milieu des terribles tribus de Lozère par notre envoyé spécial L3

Publié le par Luigi MANATA


TRAGIQUE ACCIDENT DE CIRCULATION SUR LA D42 : Sa chaîne de vélo déraille… (NDR : et si y avait qu'elle…)

 

C'est à la suite d'une terrible méprise que le petit Luigi (43 ans) est parti à l'aventure sur son vélo. En effet, toujours à la pointe de l'information, il a pu s'apercevoir en arrivant sur les lieux que le vide grenier prévu, n'aurait lieu que le lendemain. Des passants ont pu l'entendre grommeler avant d'accomplir son geste insensé : " on m'aurait donc menti à l'insu de mon plein gré"… Tout de suite après on l'a vu partir sur son vélo, sous un soleil de plomb et sans aucun équipement adéquat pour faire une randonnée, alors, qu'il n'était même pas dopé pour subir cette terrible épreuve.

 

C'est dans la montée de la D42, après avoir dépassé la clinique du Gévaudan, que le drame s'est produit. Alors qu'il était en plein effort et qu'il pensait dans son langage fort peu châtié "putain que j'ai mal au cul, merde j'ai vraiment plus 20 ans", sa chaîne de vélo a déraillé (oui elle pas lui, pas encore…) et s'est entortillée entre le grand plateau du double plateau et le carter de protection, stoppant net sa progression en territoire hostile.

N'écoutant que son courage, le petit Luigi (toujours 43 ans) s'est alors assis et a fait ce que tout homme sensé devrait faire face à l'adversité : il s'est mis à pleurer comme une damoiselle du 19ème siècle. Puis mû par un instinct de conservation hors du commun, il a alors entrepris de débloquer cette #**µ!!§§!! (Bip : censuré) chaîne (qui avait déjà sauté une fois, la #{[|^@]}…).

A la suite d'efforts insensés et grâce à son fidèle Leatherman, il a réussi à venir à bout de cette foutue chaîne qui, rappelons-le, était totalement bloquée par un coup de pédale en plein effort de 80 kilos newton. Il a alors poursuivi son parcours, non sans avoir noté le nom du fabricant de vélo (Motobécane) pour lui faire un procès dès son retour à la civilisation.

 

C'est arrivé au village de Berlière que le petit Luigi (…) s'est alors aperçu qu'il était totalement déshydraté. Surmontant sa peur des terribles indigènes locaux (NDR : pléonasme…), il a alors abordé deux petites vieilles qui étaient accompagnées d'un affreux vieux, pour leur demander si l'eau de la fontaine était potable. Ces braves mais imprévisibles autochtones lui ont alors répondu : "on n'en sait rien, mais c'est pas prudent, c'est la sécheresse, venez donc boire de l'eau de notre tuyau d'arrosage, elle vient de la maison, elle devrait être bonne". Le petit Luigi (###) ne s'est pas fait prier et en a repris deux fois, non sans en avoir prélevé un échantillon, afin de le faire analyser dès son retour, pour savoir s'il devrait faire un procès à ses sauveteurs pour tentative d'empoisonnement.

Puis après avoir satisfait aux rituels locaux des remerciements, il a pu prendre un repos bien mérité le long du Ruisseau de Sages. C'est alors que deux vieilles et deux vieux, accompagnés d'une petite fille, sont venu le déranger pour satisfaire à une autre coutume locale : "le bain de pieds dans un ruisseau presque à sec sous un soleil de plomb".

Les incantations ont alors repris : "c'est la sécheresse, y a plus d'eau cette année (NDR : c'est tous les étés pareils, mais bon….), cette nuit y a eu un orage mais il a pas duré deux minutes, …" ; "ha bon y a eu un orage cette nuit ? J’ai rien entendu", a repris en cœur le petit Luigi (ççç), qui, il faut le dire, est non seulement petit, mais également un peu sourd.

Puis après avoir satisfait aux rites locaux des échanges de banalités, il a pu terminer son périple de 16 km à travers ces contrées sauvages.

 

Le porte-parole du gouvernement a déclaré : nous héritons d'un lourd bilan et d'années de laxisme dans la conduite des affaires, mais nous appliquerons sans dogmatisme notre programme. D'ors et déjà nous pouvons vous annoncer que nous ferons interdire le soleil de plomb, que nous enverrons des missionnaires afin qu'ils apportent la civilisation aux Lozériens et surtout rajeunissent la population grâce à leur célèbre position ; enfin, nous mettrons à la disposition de tous les cyclistes une voiture suiveuse équipée d'un garage mobile et de ravitaillements. Nous avons par ailleurs demandé au ministère des médailles d'étudier la possibilité d'accorder au petit Luigi (---) une citation au mérite du courage pour son action auprès des dangereux petzouilles (NDR : ça s'écrit comment déjà ?).

 

Aux dernières nouvelles, après avoir soigné ses terribles blessures par un bain de siège prolongé, le petit Luigi (&&&) se remettait lentement de sa périlleuse aventure devant des escalopes panées réussies et des sucres lents (NDR : des banales pâtes…) pour reconstituer sa musculature d'athlète.

 

Demain, nous reprendrons le cours normal de nos émissions.

 
@ +,
 

Ça avance les travaux ? Combien de cheveux collés ?

 
Luigi
 

Commenter cet article