11 / 08 - 01 : 40 - Episode 6 : "je préfère apprendre à rire plutôt que travailler"...

Publié le par Luigi MANATA

 

INCROYABLE MAIS VRAI : Il passe une journée féerique, en paix et heureux…

 

La journée avait pourtant mal commencé. Ciel mi-figue mi-raisin, obligation de mettre un sweet-shirt et un slip, pour ne pas aggraver son rhume, traînage de savates, … bref le petit Luigi (é~é@) se demandait s'il n'allait pas se recoucher.

 

Mais mû par une énergie intérieure que nous lui connaissons bien, il saisit le premier rayon de soleil, à 16 heures, pour poursuivre son exploration des tribus des terribles Petzouilles.

Et le voilà en route cette fois-ci sur la D2 en direction de St Léger de Peyre. Il laisse son véhicule sur le parking du village de la tribu et satisfait aux rites locaux à chaque fois qu'il rencontre un autochtone : "bonjour", "bonjour".

Après avoir traversé le village sans encombre (il faut dire qu'il a maintenant une grande pratique des rituels locaux), il s'attaque au sentier qui grimpe, qui grimpe… et là il est saisi progressivement d'une espèce d'exaltation extatique. Il marche sous un couvert d'arbres sur un large sentier et de temps à autres, il peut découvrir à travers des trouées, le paysage grandiose qui lui dit comme le monde est beau. Il arrive aux Gratoux et découvre un petit mas constitué de quatre maisons et il se dit qu'il aimerait bien habiter là. Tout n'est qu'harmonie et paix.

Plus loin au détour d'un virage, il rencontre une perdrix à 5 mètres qui est tout aussi étonnée que lui de cette rencontre. Mais madame Perdrix est méfiante et s'enfuit dans les fourrés tout en cacabant comme une pie (NDR : jolie métaphore). Heureusement que le petit Luigi (""##") n'est pas un chasseur, car il aurait pu la tirer rien qu'au bruit qu'elle faisait.

En avançant encore, c'est une procession de grosses fourmis noires qui lui barre la route. Mais où vont-elles ? Il aura fallu toute la dextérité du petit Luigi (&é"') pour que celui-ci arrive à traverser cette marée animale sans faire de victime.

Puis après 1 heure 30 de marche, il arrive sur un vaste plateau et toutes les beautés qu'il ne découvrait auparavant que par intermittence, s'offrent à lui. Des montagnes, des vallées, des bois, des champs, et au loin 700 mètres plus bas des villages. Dans l'entremêlement des nuages, du ciel bleu et du soleil apparaît soudain un magnifique arc-en-ciel (mais tous les arcs-en-ciel ne sont-ils pas magnifiques), … c'est l'extase.

 

Mais ce n'était pas encore suffisant, le voilà maintenant qui longe les doubles grillages du parc du Gévaudan. Dans cette forêt de chênes lièges, il entend un sanglier grommeler et nasiller : grouin, grouin… mais ne réussit pas à l'apercevoir. Soudain, il n'en croit pas ses yeux toute une meute de loups est au repos à 20 mètres de lui. Le mâle le regarde fixement, il est à l'avant, il ne bouge pas une oreille. Derrière lui une dizaine de louves se prélassent, tandis que des louveteaux jouent (NDR : les petits des louves pas des scouts, y sont pas assez cons pour aller jouer au milieu d'une meute). Le petit Luigi (è_çà), n'écoutant que ses instincts bestiaux, se met alors à hurler comme un loup, sans que ça fasse ni chaud ni froid à la meute, car outre qu'il est heureux, il vient de réaliser qu'il a économisé le prix de l'entrée du parc.

Derrière lui un vététiste passe sans s'arrêter, en accélérant la cadence… a-t-il compris que le petit Luigi (-è_) est en train de retrouver son énergie de bête, qu'il est prêt à se mettre à poil et à aller gambader avec les loups ?

 

Arrivé à l'entrée de Sainte Lucie (NDR : déesse romaine de la fécondité ou martyre chrétienne, mais surtout vierge selon ma grand-tante (NDR bis : qui n'avait pas connu le loup selon certains) qui racontait une sordide histoire sur elle, que je vous raconterai un autre jour si vous êtes sages), c'est tout un troupeau de biches et de jeunes cerfs qui attendaient le petit Luigi (=àç_). Enfin, il allait pouvoir utiliser le sac de pain rassis qu'il se traîne dans toutes ses ballades, au cas où. Et effectivement, les biches ne se sont pas fait prier. Elles en arrivaient même à mettre leur pâtée aux pauvres jeunes cerfs pour les empêcher de venir manger, … les salopes. C'est là que touché par tant d'affection, il eut une érection. Il se dit en lui-même qu'il ne se connaissait pas ces penchants zoophiles et se promit d'en parler à son analyste dès son retour à la civilisation.

Le village est un poème à lui tout seul, très beau tout en lauzes et en pierres de tailles locales. Un paradis à 1 033 m qui surplombe la Vallée de l'Enfer (la bien-nommée), celle de la Merdaric et de la Colagne. Le regard porte loin, on voit le Mont Fortunio et celui de Lozère. Pourquoi nous privons-nous de ça le reste de l'année ?

 

La descente fut accompagnée d'une petite pluie fine qui ne nécessita même pas que le petit Luigi (é'_ç) sorte son matériel de survie. Il repassa devant la meute, non sans les saluer avec son désormais célèbre cri : haouuuuuuuuuuuuuuu ! Ses pas furent accompagnés de vols d'oiseaux qu'il ne réussit pas à identifier : des sortes de tourterelles mais quatre fois plus grosses ; peut-être des tourterelles obèses.

Il se promit également de faire un procès à la société Chamina qui ne précisait pas dans son topoguide que la descente par un "sentier escarpé" (présentée comme une alternative raccourcie de la montée), voulait dire un "sentier casse gueule à pic, plein de ravines, de terres et de pierres qui roulent sous les pieds". Après une quinzaine de semi-chutes, il put cependant rejoindre son véhicule et rentrer chez lui en paix, dans la nuit qui tombait.

 

Le gouvernement n'a rien eu à déclarer ce coup-ci. Seul le très petit Nicolas Sarkozy tenta de faire interdire les arcs-en-ciel. Une commission fut créée et le projet a été perdu dans les méandres de l'administration.

 

Aux dernières nouvelles après un bain, un repas reconstituant et un verre de Lambrusco de 30 cl, un sourire béat illuminait encore le visage du petit Luigi (43 ans), sans que l'on puisse dire si cela était dû à cette randonnée pleine de merveilles… ou au verre de vin.

 
Je t'embrasse.
 
@ +
 
Luigi

Commenter cet article