10 / 08 - 22 : 47 - Un crétois a dit : "tous les crétois sont des menteurs "... Est-ce vrai ?

Publié le par Mélusine SANTINA

Salut cher Luigi,

 

Que je suis contente de t'écrire.

Eh bien oui, j'ai 20 000 choses à te dire. Je n'ai pas répondu à tous les sujets que nous avons abordés dans nos mails, loin de là.

Eh bien non, je ne te prendrai jamais pour un demeuré. C'est définitivement réglé pour moi : tu n'as rien d'un demeuré.

Tu aimes les pâtes ? Ha, ha ! Un vrai Italien alors. J'aime bien aussi. Tu as l'air gourmand.

 

Eh bien, j'ai beaucoup de retard dans mes réponses. Chaque fois que je lis tes messages, cela déclenche en moi d'immenses réflexions que je ne peux pas toutes écrire (j'ai quand même le respect du lecteur) et d'immenses questions.

 

Alors, cela prend du temps de clarifier tout cela.

 

L'enduit va bien. J'en ai fait une véritable crème onctueuse et épaisse... Super agréable à travailler. Ça y est, j'ai le truc. Le ponçage, c'est autre chose surtout au plafond. Je suis sortie de là comme une zombie. Mais cela avance. Merci pour les conseils. Mais une question : Pourquoi as tu supposé que je m'y connaissais mieux en farine qu'en enduit ? Hein ?... Vieux macho va…

 

J'ai toujours ce vague à l'âme, mais cela se calme. Non, je crois que tu ne peux pas m'aider. Personne ne peut m'aider à part moi. Merci de ton offre. Elle est si gentille et un peu rassurante pour moi. Je crois que je dois me renforcer ou m'épaissir à l'intérieur. Il faut que je me blinde un peu plus. C'est tout. Et quand je suis blessée, eh bien je me dis que cela va cicatriser et qu'ensuite je serai plus forte et que je suis sur le chemin. Alors, je travaille les problèmes et je patiente. Mais merci encore pour ta proposition (et je te dis ça avec un sourire).

 

La haine... Grave question à laquelle je n'ai pas répondu. Eh bien, je dois avouer que j'ai lu avec intérêt ce que tu as écrit concernant la haine et que cela a déclenché pas mal de choses en moi.

Sur le moment, j'ai été choquée : veut-il se battre ? Il va me trouver s'il me cherche. (Ne m'en veux pas, je suis très réactive, ce n'est pas contre toi du tout, mais je me suis sentie agressée.)

Mais, si j'ai compris une chose de toi c'est celle-là : tu as du cœur. Tu es incapable de me faire du mal. Alors tu m'as simplement dit ce que tu savais pour me faire réfléchir et pour que j'aille plus loin.

Et puis j'ai vérifié auprès de Jules qui est quelqu'un qui a vécu la haine à fond. La haine est-ce de la colère, est-ce la même chose que détester quelqu'un ? Pour lui aussi c'est différent et pour lui aussi, tout le monde connaît la haine.

J'ai alors regardé au fond de moi, réfléchi à ma vie et je n'ai pas vu de haine. Toujours pas. D'immenses colères oui, il y a des gens que j'ai détestés oui. Mais la haine froide non. Pas encore !!

Je l'ai vue et sentie chez les autres car j'ai été haïe ça oui.

Je pense que j'en parlerai dès la rentrée à ma psy. Je ne suis pas encore sûre d'avoir nié des haines en moi. Et aujourd'hui je ne pense pas que cela soit un problème pour moi. Mais ma curiosité est touchée et peut-être que je trouverai quelque chose à partir de là.

Des colères par contre j'en ai. Pour tout ce qu'on a osé me faire quand j'étais petite, pour tout ce que l'on m'a fait ensuite et pour toutes les injustices et les souffrances que je constate, oui, j'ai eu de grandes colères et j'en ai toujours.

 

Voilà mon cher Luigi. Voilà l'état de mes réflexions.

 

Ainsi tu marches beaucoup. J'espère que le temps t'a accompagné, qu'il était au beau fixe et que tu n'auras pas de raisons de faire un procès à ta mère. Je revendique l'indulgence…, pitié pour toutes les mères du monde…

 

Je te souhaite une bonne nuit cher Ami,

 

Gros bisous d'une contrée lointaine,

 

Mélusine

Commenter cet article