18/11 - 16 : 53 - Ma che bella giornata...

Publié le par Luigi MANATA et Mélusine SANTINA

Ça phosphore ?? T’as réussi à réveiller ton deuxième neurone, sans que le premier s’endorme ??

                             

Moi je suis à fond… à fond, à fond…

 

Ma journée fut comme toutes les autres. J'ai commencé par une méditation intensive où j'ai remercié le ciel et la terre de m'avoir donné la vie. J'ai ouvert mes sept chakras et atteint l'état de nirvana ; puis je suis descendu dans la rue faire quelques miracles : j'ai donné du poisson au boulanger, du pain au boucher, transformé la pharmacie en fleuriste, … j'ai guéri un lépreux, rendu la vue à un sourd, fait remarcher mon ancienne concierge et traverser de force une petite vieille qui voulait rester sur son trottoir… Elle m’a remercié en essayant de me donner plusieurs coups de canne sur le crâne, que j’ai évités en faisant une double rotation latérale en exécutant un quintuple entrechat carpé. Les passants qui ont assisté à la scène se sont immédiatement mis à scander "hosanna, hosanna, …" et se sont mis en prière à genou sur le trottoir. Puis après avoir créé un embouteillage monstre, j'ai été au boulot : mes employés m'ont accueilli comme à leur habitude en scandant mon nom et en me jetant une pluie de pétales de rose. J'ai par une simple apposition des mains, réussi à déboguer le réseau informatique qui déconne depuis une semaine… puis je me suis mis en état de transe et j'ai prié toute la journée pour la paix dans le monde… et un peu aussi pour gagner au loto.

 

Bisous doux

 

Luigi

 

PS : et pourquoi tu m'aimes ???

 

18/11 - 20 : 04 - Re : Pourquoi pourquoi ? Parce que.....

 

Mon amour,

 

Pourquoi je t'aime ? Pourquoi je t'aime ?

Eh bien tu sais ? Eh bien je n'en sais rien. Quelqu'un pourrait-il savoir ? Peut-être parce que telle que je suis, et que tel que tu es, tu m'étonnes et m'intéresses. Peut-être parce que tu es tellement vivant ? Peut-être parce que tu as du cœur ? Peut-être parce que tu cherches toi aussi quelque chose. Sûrement parce que tu as ce courage de chercher et d'être juste avec toi-même, même si c'est si difficile et si long. Parce qu'il me semble que tu es libre. Et que je ressens moi aussi un besoin de chercher, un besoin d'être libre et un respect de la réalité et de la justesse.

 

Peut-être aussi et tout simplement, parce que tu as le courage d'admettre que quelquefois tu es simplement paumé ou que tu ne sais pas. Et moi, j'aime tout cela, et moi je respecte énormément tout cela.

Peut-être, si tu le veux, ferons nous un bout de chemin ensemble, peut-être pas. Aucune certitude n'existe sur ce dernier point. Mais, ce que je ressens (Mais les sentiments mentent peut-être ? Quoi que sont-ce des sentiments que je ressens ?), c'est que je peux apprendre des choses avec toi. Apprendre des choses concernant l'amour entre un homme et une femme. L'amour entre deux êtres. Et je pense (en toute humilité et la possibilité de me tromper) que je peux aussi te montrer des choses sur ce que sont les femmes ou sur ce qu'elles peuvent être.

 

Je remarque simplement, que depuis que je te connais, j'ai eu envie d'évoluer et de devenir femme. Avant, je n'avais pas envie. Je n'en avais pas besoin. Aujourd'hui, je veux continuer, pour moi. Pour ma vie. Pour voir où cela va m'amener et pour vivre cette nouveauté.

 

Et il y a aussi le sexe.... Mais, tu connais mes petits blocages sur ce sujet. Alors, je garderai tout pour moi sur ce point et j'en parlerai plus tard. Bien plus tard.

 

Voilà, j'espère que les mots que j'emploie sont à peu près les bons ! Pour moi, en tout cas, ce sont les mots les plus justes que je peux employer.

 

Je suis en train d'écouter ces chants d'oiseaux si doux et je me demande pourquoi je les aime. Eh bien je n'en sais rien non-plus. Ils éclairent ma journée, c'est tout. Et j'ai envie d'aller vers eux. Je les reçois dans mon cœur et cela me fais du bien et apaise ce qui me fait mal.

Alors, je me laisse bercer et je me remplis de ce bienfait. Comme dirait ma Grand-mère, ce qui est pris, n'est plus à prendre... Et un tiens vaut mieux que deux tu l'auras.... ou mieux vaut tenir que courir... etc. etc.

 

Je t'embrasse, mon beau canard aux yeux verts.

 

Ton volatile ébouriffé

 

P. S. : Sans parler sexe, et en restant dans ce qui se dit conventionnellement, je peux dire que j'aime b... avec toi. J'aiiiiiimmmmmeeeeeeeeeee beaucoup mêmmmmmmmmmeeeeeeeee…

 

**********

 

Puis nous avons exploré et quasiment épuisé tous les petits noms de tendresse et toutes les signatures : mon canard, ma canette, mon canard adoré, ma canette adorée, ton castor dit le concombre démasqué dit Diego della Vega, ta canette à l'orange, ton canard boiteux, ton volatile enrubanné, ton anatidé déplumé, ta canardassée remplie d'affection, ton caneton, donaldette, ton anatidé dominant préféré, une nénette canardisée et ensommeillée, ta petite canardette joyeuse, ta petite canette, ton petit canard fatigué, ma canetonne, …

 

Avant de passer directement et brutalement à l'étape suivante en ayant à peine eu le temps d'explorer celle de la phase "je doute donc ça merde"…

Commenter cet article