1 - Le contexte

Publié le par Luigi MANATA

 
Toutes les relations commencent par une rencontre… C'est à peu près la seule chose que j'arrivais à me dire pour ne pas totalement sombrer dans le désespoir sans fond de la dernière rupture d'Hestia. Puisqu'elle n'a plus envie de moi, eh bien je vais lui démontrer que je peux vivre sans elle. C'est bête et infantile, mais qu'est-ce que je ne ferais pas pour ne plus ressentir cette douleur qui me vrille les tripes. Et puis cette idée avait du bon, je connaissais sa jalousie et si je lui faisais comprendre, qu'elle allait vraiment me perdre pour une autre, peut-être que cela la ferait revenir… Qu'est-ce que je suis con quand j’ai mal, à la limite du pathétique, même moi je n'arrive pas à m'aider.
 
Le problème c'est que je suis un rationaliste et même au fond de mon désespoir, je sais bien qu'il y a à peu près autant de chance de rencontrer la personne qui me conviendra que de me faire renverser en traversant la rue. D’après les chiffres officiels, en traversant 3 552 fois, j'ai 0,03 % de probabilité de me faire rouler dessus… Alors pour ce qui est de rencontrer quelqu'un qui me ferait vibrer dès le premier regard, comme Hestia, qui me donnerait le sentiment que c'était celle que j'attendais depuis 37 ans, … comment dire, je sentais que j’étais dans la frange surnaturelle des probabilités qui pourraient faire croire qu’un évènement est possible, alors qu’il serait plus simple de se résigner à ce que cela n’arrive jamais.
 
En Ile de France, avec ses onze millions d'habitants concentrés sur 12 012 km2 (912 personnes au km2), les probabilités semblent propices aux rencontres, pourtant c’est encore une belle illusion... La raison en est simple, je ne suis pas différent des autres, à l’exception des érotomanes, nymphomanes ou de ceux qui, pour des raisons diverses, sont totalement inconscients du merdier dans lequel ils sont en train de se fourrer, j’ai des préférences qui limitent mes possibles.
 
J’ai 43 ans et je souhaite rencontrer une femme de 35 à 45 ans. J’ai donc 869 565 [1] possibilités de rencontre. Pour éviter les emmerdements, je soustrais les femmes qui sont déjà occupées à démolir méthodiquement leur prince (qui n'est plus si charmant que ça) et le sentiment qu'elles avaient pris pour de l'amour, soit environ 60 % d'entre elles ; il me reste donc 347 826 prospects possibles.
Comme je ne peux pas faire de miracle, je ne pourrai pas intéresser les lesbiennes, les psychotiques, les femmes qui ne veulent pas d'un mec en permanence, et celles qui n'ont pas encore terminé de digérer leur précédente séparation : environ 40 % ; il doit donc me rester approximativement 208 696 femmes disponibles juste pour une relation de couple ; et je ne parle pas encore d’amour.
 
Dans ce fichier virtuel, j’introduis maintenant quelques critères de sélection personnels, arbitraires et forcément élitistes, car c'est "évident", pour pouvoir épanouir mon amour et comme beaucoup de personnes, je veux le "meilleur" pour moi-même :
- Une femme qui travaille parce que c'est un signe d'émancipation : moins 12%.
- D'un niveau socioculturel au-dessus de bac + 2, parce qu'il ne suffit pas d'avoir une attirance émotionnelle et physique, il faut aussi pouvoir avoir quelque chose à se dire et des pensées à partager : moins 70 %.
- A son âge, si elle n'est pas cadre, indépendante, ou assimilée, c'est qu'elle aime végéter ou qu'elle a des difficultés relationnelles : moins 80 %.
- Une femme qui s'intéresse à la vie politique, qui ne vit donc pas dans un monde virtuel, et qui a les mêmes opinions que moi : moins 50 %. Mais ce chiffre est faux, parce que 80 % des femmes qui répondent sur leur goût pour la politique, disent dans le meilleur des cas s'en désintéresser totalement et dans le reste des cas "beurk". Donc en réalité cela devrait être moins 90 %.
- Personnellement, j’élimine également 80 % des fonctionnaires et assimilés, pour leur impossibilité à se remettre en cause, à être responsable de leur vie, ainsi que pour leur inhumanité de n'avoir jamais demandé pardon pour le Vel d’Hiv et Vichy : moins 27 %. J’ai le sentiment que les générations ont changé, mais que ce sont toujours les mêmes qui continuent à refuser d'évoluer, qui persistent à obéir le plus bêtement possible jusqu’à rendre absurde ou pire meurtrier, le pouvoir dont ils sont investis… et je ne veux pas de quelqu’un qui ne saurait pas se remettre en cause.
- J'éliminerais bien également les banquières, les notaires, les huissières, les assureurs, … et quelques autres, pour leur incapacité à être autre chose et leur goût à vivre dans des mondes si tristes, mais après je crains que cela ne fasse trop ; et puis à dire vrai, j'en ai déjà rencontré des charmantes… celles pour lesquelles je me demande, mais qu'est-ce qu'elles font là et pourquoi s'obstinent-elles à gâcher leurs capacités… quoiqu'il n'y a jamais vraiment de hasard.
 
Evidemment, compte tenu du non-recouvrement uniforme des différents critères et de ma méthode pas très scientifique, les calculs mériteraient d'être affinés ; mais grosso modo, il me reste 804 possibilités de rencontre sur 12 012 km2. Soit moins de 0,07 possibilité de rencontre par kilomètre carré, en supposant bien sûr, que la répartition territoriale soit uniforme… Il me faut donc parcourir environ 15 kilomètres carrés pour avoir une chance sur cent de faire une rencontre ; soit couvrir l'intégralité d'un quart de toutes les rues de Paris intra-muros. Avec ce marathon, il devient évidemment beaucoup plus probable que je me sois fait renverser par une voiture avant d'avoir trouvé ma compagne. A ce régime-là, ce n'est plus une aiguille dans une meule de foin qu'il faut trouver, c'est le "Boson de Higgs" [2] : depuis 1960, tous les physiciens soupçonnent fortement que cette particule subatomique existe, mais personne n'a jamais encore pu la détecter.
 
Incidemment, je m'aperçois que je n'ai pas introduit dans cette sélection un seul critère physique ou de préférence religieuse, ni même demandé que cette femme sache faire la cuisine ou qu'elle ait envie de faire un enfant. Mais bon c'est mieux, sinon, il serait carrément désespérant d'imaginer que la compagne que je cherche, n'existe tout simplement pas.
 
Je suppose que si une femme, ou qui que ce soit d’autre, établissait son propre décompte avec ses critères, il arriverait à un résultat sensiblement identique. D'ailleurs, je ne suis pas loin de penser que quelque soit la situation de départ, au-delà de 6 critères et même avec une importante population disponible, les physiciens auront trouvé le boson bien avant que tous les chercheurs d'amour, s'ils tiennent à leurs critères, aient découvert leur âme sœur ou frère.
 
Mais tout ceci est accessoire. Si j'étais capable d'un minimum d'objectivité, je devrais admettre que la vie m'a appris que mes critères idéaux n'ont jamais eu aucun rapport avec ceux qui m'ont fait aimer, parfois passionnément, une personne. En la matière et pour une fois, il y a longtemps que j’ai éprouvé qu’à défaut de renoncer à toute rencontre, la vie amoureuse est bien un compromis permanent…
 
C'est ainsi, qu'aimant pourtant passionnément Hestia, cette femme idéale qui me donnait des signes évidents de lassitude, compte tenu qu'elle venait de me quitter pour la deuxième fois et demie, je me suis retrouvé un jour à passer une annonce sur un site de rencontre.
 
Au début, c'était comme un jeu censé ranimer la flamme de celle que j'aimais. Mais évidemment, rien ne se passe jamais comme je le prévoie…
 
Ma fiche se présentait ainsi :
 
Région : Europe France Ile de France Paris
 
Luigi 75
Créée le : 28 juin
 
Qui ? : Un Homme
Age : 43 ans
Taille : 176 cm
Poids : 80 Kg
Cheveux : Châtains
Yeux : Verts
Allure : Sport décontracté
 
Cherche : une femme
Pour : Une relation amoureuse sérieuse
 
L'annonce :
 
J'ai passé l'âge d'aimer des fantasmes, d'ailleurs j'ai moi-même raté plusieurs fois mon diplôme supérieur de Prince Charmant et je n'en ai pas pour autant perdu mon humour. Je suis fort et faible à la fois, curieux de tout, toujours sincère, en recherche perpétuelle sur moi-même, sans que cela ne vire au nombrilisme malsain...
 
Je n'ai pas d'a priori sur la femme que je souhaite rencontrer, mais je saurai reconnaître celle qui sera capable d'une rencontre d'être à être ; féminine, droite dans sa tête et dans son cœur, qui sache s'enrichir des différences, même si tout n'est pas si simple ; qui ait fait, si possible, mais ça n'est pas indispensable, un travail sur elle. Une femme qui souhaiterait, si nous nous aimons, s'essayer au "couple nouveau" et "créer" un ou plusieurs enfants.
 
Mon vœu d'amour est contenu tout entier dans "Lettres à un jeune poète" de Rainer-Maria Rilke (Rome le 14 mai 1904) ; extrait de cette merveilleuse vision : "(...) Un jour (...), la jeune fille sera ; la femme sera. Et ces mots "jeune fille", "femme", ne signifient plus seulement le contraire du mâle, mais quelque chose de propre, valant en soi-même ; non point un simple complément, mais une forme complète de la vie : la femme dans sa véritable humanité (...)".
Un tel progrès transformera la vie amoureuse aujourd'hui si pleine d'erreurs (et cela malgré l'homme, qui d'abord sera devancé). L'amour ne sera plus le commerce d'un homme et d'une femme, mais celui d'une humanité avec une autre. Plus près de l'humain, il sera infiniment délicat et plein d'égards, bon et clair dans toutes les choses qu'il noue ou dénoue. Il sera cet amour que nous préparons, en luttant durement : deux solitudes se protégeant, se complétant, se limitant, et s'inclinant l'une devant l'autre. (…)"
Si tu ne connais pas le reste et la suite, je t'enverrai cette merveilleuse prophétie qui malheureusement a bien du mal à se réaliser. Mais je préfère croire que je n'ai pas rencontré les bonnes personnes… et c'est pourquoi je tente ma chance ici.
 
Pour les "30 / 40" qui hésiteraient à cause de mon âge : il ne fait rien à la capacité de rester jeune, ni à la maturité et c'est un grand avantage dans le sens où j'ai déjà fait les erreurs que j'avais à faire.
 
Je ne suis pas pressé. J'ai besoin de prendre le temps pour savoir si nous pouvons rester nous-mêmes en nous aimant mutuellement. Je ne conçois plus d'aimer sans être également ami.
 
Ecris-moi, nous verrons bien... Je suis même curieux de connaître tes réactions négatives à cette annonce.

PS : pas de photo, car mes collaborateurs n'ont pas besoin de connaître ma vie privée. Mais je te l'enverrai sans problème, si nos échanges le demandent.
 
Enfants : Pas d'enfants
Situation Familiale : Célibataire
Fumeur : Fumeur occasionnel
Etudes : Etudes supérieures
Travail : Chefs d'entreprises
Langues Parlées : Français, Italien
Loisir : Cuisine, Jeux de société, Cinéma, Prestidigitation, Bricolage et Jardinage, Informatique, Tarot, Santé - bio, Echecs, Lecture
Culture : Histoire, Expositions, Musée, Philosophie
Sport : Jogging, Danse, La Moto, Randonnée
Goûts Cinéma : Action / Aventure, Classique, Comédie, Drame / Comédie, Science-fiction / Fantastique
Goûts Musicaux. : Musique du monde, Variété Française, Pop / Rock, Alternatif
Goûts Littéraires. : Littérature Française, Policier, Médiéval, Fantastique, Philosophie, Science-fiction, Roman Historique
Zodiaque : Gémeaux
Signe Chinois : Cochon (Terre)
 
**********
 
Après quelques échanges sans avenir et sans importance, je reçus la première réponse qui éveilla mon attention presque un mois après.




22 / 07 - 21 : 42
 
Je m'appelle Mélusine.
 
Et... je suis toute émue d'avoir lu ton annonce. Le texte de Rainer Maria Rilke est très beau. J'aime le recueil dont tu parles. Il m'accompagne dans la vie depuis longtemps maintenant. " Un jour (des signes certains l'attestent déjà dans les pays nordiques), la jeune fille sera ; la femme sera. Et ces mots "jeune fille", "femme", ne signifient plus seulement le contraire du mâle, mais quelque chose de propre, valant en soi-même ; non point un simple complément, mais une forme complète de la vie : la femme dans sa véritable humanité. "
C'est très beau et si juste et si profondément sage et humain. J'aimerais, si tu es d'accord, que nous discutions ensemble. Que te dire de moi ? Quel type de rencontre puis-je chercher ? Eh bien, j'aime mettre un pas devant l'autre. Et parce que je connais mon côté passionné, dans toute rencontre, je mets maintenant la prudence en avant, j'avance à tous petits pas. Le temps est mon allié. Je suis une femme, une femme qui rêve d'un amour tel qu'en parle Rilke qui consiste à ce que : "deux solitudes se protègent, se complètent, se limitent, et s'inclinent l'une devant l'autre. ".
J'en rêve, mais même si je l'ai voulu, je ne l'ai pas encore vécu à ce jour.
 
Voilà,
 
Peut-être à bientôt,
 
Mélusine
 
**********

Sa fiche se présentait ainsi :




Région : Europe France Ile de France Yvelines


Mélusine

Créée le : 22 avril


Qui ? : Une Femme

Age : 46 ans

Taille : 158 cm

Poids : 61 Kg

Cheveux : Blonds

Yeux : Marrons

Allure : Cool Décontractée

Cherche : un homme

Pour : un(e) correspondant(e)

 
L'annonce :
 
Bonjour,
 

Je recherche des discussions avec vous messieurs.

 

Nous sommes tellement différentes de vous les hommes, que je ressens la nécessité de rencontrer cette autre partie de l'humanité que vous composez.

 

Je propose un échange d'avis et d'idées et pourquoi pas une description de nos vies respectives.


Enfants : Un enfant

Situation Familiale : Divorcé(e)

Fumeur : Fumeur

Etudes : Etudes supérieures
Travail : Cadres autres secteurs

Langues Parlées : Anglais, Français

Loisir : Belote, Lecture, Tarot, Animaux, Dessin, Jeux de société, Santé - bio, Automobile, Bricolage et Jardinage, Echecs, Voyage, Cinéma
Culture : Philosophie, Peinture, Sculpture, Expositions, Musée, Histoire

Sport : Randonnée, Danse, Bowling

Goûts Cinéma : Classique, Comédie, Documentaires, Drame / Comédie, Dramatique, Musique / Concert, Policier / thriller
Goûts Musicaux. : Classique, Jazz / Blues, Variété Française, Musique d'ambiance

Goûts Littéraires. : Littérature Anglo-Saxonne, Poésie, Bande dessinée, humour, Policier, Roman Historique, Lettres classiques, Littérature Française

Zodiaque : Balance

Signe Chinois : Singe (Feu)

_________________________________________

[1] : Tous les chiffres proviennent du dernier recensement INSEE.

[2] : Boson de Higgs : l'existence de cette particule n'est pas prouvée, elle est activement recherchée depuis 1960, année de la formulation de son existence, car l'interaction avec elle expliquerait la masse de toutes les autres particules.

Publié dans LLV - 1 - Le contexte

Commenter cet article

Ellinor 03/08/2011 16:58



Je suis peut-être jeune et naïve, mais je suis persuadée que l'amour n'est pas une question de statistiques


Je ne peux m'empêcher de réagir sur un petit détail... Tu veux éliminer certains types de métier. Je tiens à te parler d'un huissier de justice que je connais. J'ai raremen vu quelqu'un d'aussi
enjoué et plein d'entrain que lui. Il m'a expliqué qu'il avait choisi ce métier suite à un stage qu'il avait du faire durant ses études. Bien sûr, c'est un métier difficile, parce qu'on est
confronté à des situations parfois affolantes. Mais il m'a fait comprendre qu'il y a toujours deux côtés à la situation. Bien sûr, parfois il doit signaler à un locataire qui n'a pas pu payer son
loyer sur les X derniers mois qu'il doit quitter les lieux, mais il faut penser que le propriétaire à besoin lui aussi d'argent pour nourir sa famille, pour envoyer ses enfants à l'école. La pire
situation qu'il avait vécu, c'était lorsqu'il avait du aller vérifier l'état d'une maison en location à la campagne, La maison était dans un tel état de délabrement qu'il à du mettre des bottes
pour ne pas s'enfoncer dans la boue qu'il y avait à l'intérieur parce qu'il n'y avait aucun sol qui avait été posé. S'il n'avait pas été là pour obliger le propriétaire à faire les amménagements
nécessaire, qui aurait fait changer les choses?


Voilà, c'était ma courte défense "huissier de justice, un métier détesté à tort"



Luigi Manata 04/08/2011 16:00



Je suis d'accord avec toi, ce n'est pas du tout une question de statistiques... Et je ne doute pas que parmi les humains qui constituent ces métiers, dont je me moque gentiment, il y ait des
personnes de valeur... Mais là, c'est le choix de la fonction qui m'interroge... Quand même tu ne vas pas me dire que ça peut être une vocation, valorisante et où on se sent utile, de recouvrir
des créances ? Si ? Bon, c'est comme tu veux...
C'était ma minute de tolérance, profites-en bien...



bregman 25/04/2011 21:30



Merci pour ton commentaire et pour l'accueil dans la communauté, Luigi, je découvre qu'il est finalement peut-être plus difficile de trouver son âme sœur à Paris qu'à la campagne ! Tes chiffres
sont absolument… décourageants ;-)



Luigi Manata 26/04/2011 02:42



Oui, tu as probablement raison... La géographie et la dispersion ne facilitent pas les rencontres... Mais allons plus loin encore, la ville et a fortiori les mégalopoles attirent peut-être des
personnes qui ont envie de vivre seules, parce qu'elles permettent l'anonymat impossible en Province.

Bien amicalement.



Sylvie 25/04/2011 19:06



Merci pour ton accueil Luigi   Je me sentais un peu isolée ...


Tu es très agréable à lire, humour en prime... Je reviendrai, j'ai un sacré retard à rattraper ... Mais on dirait que tu n'écris plus? Ou peut être autre sujet sur un autre blog?


Cordialement



Luigi Manata 25/04/2011 19:30



De rien Sylvie, j'aime sincèrement ton challenge, car se conter en vers n'est point chose aisée... et c'est pour ça que j'attends la suite.

Oui, j'ai arrêté d'alimenter ce blog... mais je continue à écrire, notamment des choses sérieuses en politique, par ailleurs.
J'ai également commencé plusieurs autres récits, plutôt romanesques, mais "ça ne le fait pas", alors j'attends l'étincelle...

Bien amicalement, au plaisir de lire la suite de ton récit.



elsamuz 19/04/2011 15:45



une citation pour rassurer les célibataires : "Le couple c'est essayer de régler à deux des problèmes qu'on n'aurait jamais eu tout seul." Gustave Parking 



Luigi Manata 19/04/2011 16:08



Ha... je pensais que c'était de Tristan Bernard qui disait : "Le mariage permet de résoudre à deux les problèmes qu'on ne se posait pas tout seul" ; puis repris par Coluche sous la version que tu
cites... puis donc, par Gustave Parking...

Mais moi, j'aime bien les problèmes, Bouhouhou...

J'aime bien aussi celle-là : "Les couples sont de quatre espèces : toi et moi égale toi, toi et moi égale moi, toi et moi égale nous, toi et moi égale toi et moi."... et il faudrait rajouter "toi
et moi égale personne", à la citation de Gilbert Cesbron...



paquerette 10/03/2011 17:14



Bon !!! j'ai re commencé, ma mémoire n'avait pas tout gardé, et la Femme est elle trouvée depuis ?


bonne soirée



Luigi Manata 11/03/2011 00:05



Elle a été "trouvée", puis perdue, puis trouvée, puis perdue, ... à peu près, selon le cycle que je décris dans ce récit.
J'ai fait mon deuil depuis et je vis pour moi-même, ce qui est déjà pas mal. C'est dommage parce que j'ai beaucoup à offrir, mais c'est ainsi.
Bonne nuit.